Contenu principal

Voici les grands principes de la présidence allemande :

  • une maîtrise durable de la pandémie de Covid-19 et la relance économique
  • une Europe plus forte et plus innovante
  • une Europe juste
  • une Europe durable
  • une Europe de la sécurité et des valeurs communes
  • une Europe forte sur la scène internationale.

L’objet principal de la présidence allemande du Conseil est la maîtrise de la pandémie de Covid‑19. Il est essentiel que nous parvenions à endiguer le virus de manière durable, à investir dans l’économie européenne, à exploiter tout notre potentiel d’innovation et à renforcer la cohésion sociale pour que l’Union européenne et ses pays membres puissent surmonter la crise de manière pérenne et efficace. Durant la présidence allemande du Conseil de l’UE, nous mobiliserons toutes nos forces pour accomplir cette mission de façon conjointe et prospective et pour relancer l’Europe. Nous voulons que l’Europe sorte plus forte, plus juste et plus durable de cette crise.

Par le passé, les crises ont toujours été pour l’UE une occasion de questionner la donne pour encore mieux concevoir l’avenir. Nous devons envisager ensemble les grands processus de transformation de notre époque tels que le changement climatique, la transition numérique ou le monde du travail en mutation. L’Union européenne est aussi garante du bien-être écologique, social et économiquement durable qu’elle crée.

L’Allemagne s’engage pour une adoption rapide du cadre financier pluriannuel et la création prompte d’un fonds de relance en vue d’une reprise économique et sociale durable, notamment à travers des investissements ambitieux en faveur de la protection du climat, de la recherche et du numérique. Ainsi, l’Union européenne pourra affronter les défis de la crise et aura plus de force pour poursuivre ses idéaux stratégiques à long terme dans un monde soumis à des transformations rapides.

Face à la compétition grandissante des grandes puissances, la politique européenne doit accroître la capacité d’action de l’Europe vers l’extérieur afin de défendre les valeurs et les intérêts européens et d’assumer des responsabilités dans le monde. L’Allemagne plaide pour un ordre international fondé sur des règles et sur les droits de l’homme, dans lequel l’Union européenne participe à la mise en place de normes universelles.

La politique migratoire reste également une question de premier plan. Il faut à l’Europe un nouveau départ concernant la réforme du régime d’asile commun. En menant des débats approfondis basés sur le nouveau rapport de la Commission sur l’État de droit, il sera possible de renforcer durablement le dialogue politique sur l’État de droit parmi les pays membres.

Les relations avec le Royaume-Uni feront d’ici la fin de l’année l’objet de négociations intenses conduites par Michel Barnier, négociateur en chef de la Commission européenne. L’Allemagne s’engage en faveur de la cohésion continue de l’UE27 ; notre objectif est de trouver un accord intéressant pour les deux parties fondé sur la déclaration politique conjointe.