Contenu principal

« Nous savons que l’Europe est actuellement dans une situation très difficile, certainement la plus difficile de son histoire. Cela est dû notamment au virus toujours actif à cette heure », a déclaré la chancelière fédérale Angela Merkel. « Et nous faisons aussi ce constat au vu des données économiques qui nous parviennent et qui concernent tous les États membres de l’Union européenne. » Durant cette période, la cohésion est tout particulièrement mise à l’épreuve.

Au cours d’une visioconférence, le gouvernement fédéral a discuté avec le collège de la Commission européenne des priorités de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne qui a débuté le 1er juillet. Lors de la conférence de presse qui a suivi, la chancelière a remercié la Commission européenne et sa présidente Ursula von der Leyen d’avoir rappelé durant toute la période de la pandémie de Covid-19 de ne jamais oublier ce qui est commun à l’Europe.

Un plan sans précédent pour relancer l’Europe

La maîtrise de la pandémie de Covid-19 sera tout spécialement à l’ordre du jour du prochain Conseil européen prévu les 17 et 18 juillet à Bruxelles, a déclaré la chancelière. Outre le plan sans précédent de relance économique et sociale de l’Europe après la pandémie de Covid-19, les thèmes d’avenir que sont la protection du climat, la souveraineté numérique et le rôle de l’Europe dans le monde constitueront des priorités. Les négociations avec le Royaume-Uni et la réforme du régime d’asile européen commun marqueront également la présidence allemande du Conseil de l’UE.

« Nous avons hâte de travailler avec la Commission européenne », a déclaré Angela Merkel. Nous sommes tous motivés au sein du gouvernement fédéral, nous pouvons en assurer Bruxelles, a souligné la chancelière. Les discussions ont également clairement mis en évidence tout le chemin qu’il reste encore à parcourir.