Contenu principal

Les rencontres internationales entre jeunes et les activités bénévoles transnationales sont l’un des piliers de l’intégration européenne. La pandémie de Covid-19 a toutefois mis un terme à ces échanges quasiment du jour au lendemain, une césure profonde pour de nombreux jeunes en Europe mais aussi pour l’animation socio-éducative internationale dans son ensemble. Ce thème était donc aujourd’hui à l’ordre du jour d’une visioconférence des ministres de la Jeunesse de l’Union européenne qui s’est tenue dans le cadre de la présidence allemande du Conseil. Cette rencontre virtuelle a été animée par la ministre fédérale de la Jeunesse Franziska Giffey.

Madame Giffey l’a souligné : 

La période actuelle est très difficile pour les jeunes. Ce qui fait la jeunesse et le passage à l’âge adulte est en grande partie interdit ou possible uniquement de façon restreinte en ce moment, que ce soit l’apprentissage, les rencontres avec des personnes du même âge ou même les voyages. Les jeunes veulent découvrir le monde, apprendre des langues, acquérir de l’expérience et accumuler des impressions à l’étranger. Les possibilités de le faire sont très limitées à l’heure actuelle. A cet égard aussi, la pandémie marque le devenir de la jeune génération. Nous devons donc maintenant agir ensemble en Europe pour que les jeunes puissent continuer à se rencontrer à l’avenir. Les contacts avec des partenaires internationaux doivent être maintenus et les offres d’échanges numériques doivent être élargies. Pour moi, l’objectif central est toutefois que les échanges internationaux entre jeunes puissent vite reprendre sous forme de rencontres personnelles dès que la situation le permettra.

En Allemagne, le Ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, de la Femme et de la Jeunesse (BMFSFJ) apporte son soutien à des organismes à but non lucratif assurant l’éducation et l’animation socio-éducative, dans la situation économique difficile actuelle, par le biais d’un programme spécial de 100 millions d’euros rapidement mobilisé. Un quart du budget est affecté à des institutions à but non lucratif dédiées aux échanges internationaux à long terme de jeunes et d’écoliers.

Autre thème de la visioconférence : la discussion sur les objectifs atteints jusqu’à présent par la présidence allemande du Conseil européen en matière de politique pour la jeunesse. Outre l’adoption d’un programme de travail européen sur l’animation socio-éducative dont l’objectif est de renforcer les offres d’animation socio-éducative en Europe et ainsi d’aider tous les jeunes à développer leur personnalité, l’une des priorités concernait aussi le thème « jeunesse et démocratie ».

Pour ce faire, le Ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, de la Femme et de la Jeunesse avait organisé début octobre, en coopération avec le Conseil fédéral de la jeunesse allemande, une conférence européenne numérique de la jeunesse. Des résultats majeurs de cet événement ont été repris dans les conclusions visant à favoriser la sensibilisation démocratique et l’engagement démocratique chez les jeunes en Europe, qui ont été adoptées par le Conseil de l’Union européenne à l’initiative de l’Allemagne. 

Franziska Giffey à ce sujet : 

Nous nous étions donné pour objectif d’accorder une place plus importante aux perspectives et aux idées des jeunes sur le plan européen pendant la présidence allemande du Conseil. C’est chose faite. Dans ses conclusions, le Conseil se prononce en faveur d’un renforcement de la participation significative et durable des jeunes à tous les niveaux. Et le fait qu’il le fasse constitue déjà, en soi, un exemple de participation réussie de la jeunesse.

La visioconférence des ministres européens de la Jeunesse se tient à la place du Conseil européen des ministres de la Jeunesse prévu à l’origine. Une rencontre personnelle entre les participantes à Bruxelles a été annulée en raison de la pandémie de Covid-19, rendant nécessaire la visioconférence.