Contenu principal

Les ministres de l’Éducation se sont retrouvés aujourd’hui pour une visioconférence informelle présidée par la ministre fédérale de l’Éducation Anja Karliczek. Suite à l’assassinat de l’enseignant français Samuel Paty, la visioconférence a débuté par une minute de silence à la mémoire des victimes des attentats terroristes perpétrés récemment en Europe. La réunion a été principalement consacrée à des discussions sur la création d’un Espace européen de l’éducation et à un aperçu de l’avancement des négocations sur certains dossiers éducatifs, notamment Erasmus+. Avant l’ouverture de la session, les ministres ont adopté la Déclaration d’Osnabrück sur l’avenir de la formation professionnelle. 

La ministre fédérale de l’Éducation, Anja Karliczek : 

Nous, les ministres de l’Éducation, avons observé aujourd’hui une minute de silence en faveur de la tolérance, de la liberté d’expression, du pluralisme et de la démocratie. Ces valeurs fondamentales européennes, transmises par l’éducation, sont les nôtres. Samuel Paty a été assassiné le 16 octobre à Paris pour avoir enseigné, dans son travail quotidien de professeur, les principes des Lumières. Nous réaffirmons notre adhésion inébranlable à nos valeurs européennes, telles qu’elles sont inscrites dans la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Notre réunion d’aujourd’hui envoie un signal clair : nous, les ministres de l’Éducation de l’Union européenne, sommes unis derrière nos enseignants. La violence et le terrorisme n’ont pas leur place dans nos sociétés européennes. Nous ne céderons aucun pouce de terrain et continuerons à accorder une priorité élevée à la transmission du socle de valeurs de notre Union européenne, dont la liberté d’expression fait incontestablement partie. Nous sommes unis dans notre opposition à toute forme de fanatisme et d’analphabétisme religieux. 

Nous avons fait aujourd’hui un grand pas en avant sur la voie du renforcement de la formation professionnelle et du développement de l’éducation numérique en Europe. Je tiens tout particulièrement à souligner la réussite que constitue l’adoption de la Déclaration d’Osnabrück par les ministres. Ensemble, nous avons exprimé notre grand respect et notre reconnaissance pour les femmes et les hommes qui accomplissent chaque jour de grandes choses dans la formation professionnelle. La déclaration met en avant la contribution de la formation professionnelle à la reprise économique à l’issue de la crise de la Covid-19 et à la conception d’un avenir numérique et respectueux de l’environnement. L’inclusion et l’excellence sont des piliers essentiels à une formation professionnelle moderne, que les États membres, les partenaires sociaux européens et la Commission européenne se sont engagés à mettre en œuvre. 

La réunion d’aujourd’hui a été pour moi l’occasion de tirer un premier bilan de la présidence allemande du Conseil de l’UE dans le domaine de l’éducation. Il me tenait à cœur de centrer notre action des six derniers mois surtout sur la formation professionnelle supérieure d’excellence. Nous estimions important d’assurer des échanges de qualité avec les partenaires sociaux et les acteurs de la formation professionnelle issus des milieux des entreprises, scientifiques et de la pratique. Notre présidence du Conseil a été très marquée par un sujet, la recherche de moyens de surmonter ensemble la pandémie de Covid-19. La crise a renforcé l’apprentissage numérique. Nous devrions mobiliser toute notre énergie pour mettre cette avancée au service de la modernisation de nos systèmes éducatifs. 

J’ai eu à cœur d’avoir une concertation étroite sur tous ces sujets avec nos partenaires au sein du trio de présidences, le Portugal et la Slovénie. Je suis donc heureuse que le développement d’un Espace européen de l’éducation se poursuive sous la présidence portugaise du Conseil.  

Lors de leur réunion informelle, les ministres de l’Éducation de l’UE ont également adopté une recommandation du Conseil sur la formation professionnelle et des conclusions du Conseil sur l’éducation numérique. Les conclusions du Conseil soulignent l’importance de l’éducation numérique, tant pour les parcours éducatifs individuels que pour l’ensemble du système éducatif. Elles partent d’une conception globale de l’éducation qui voit dans les outils numériques des instruments précieux pour parvenir à ce but. L’objectif est de former les enseignants, d’élaborer des modèles pédagogiques et de développer les infrastructures. Les conclusions du Conseil appuient en même temps le nouveau Plan d’action en matière d’éducation numérique, feuille de route de la Commission européenne pour l’éducation numérique pour les sept années à venir. 

La recommandation du Conseil sur la formation professionnelle pose les orientations nécessaires pour que chacun puisse bénéficier d’une préparation adéquate aux besoins actuels du marché du travail, par exemple par le biais d’une formation initiale et continue flexible et par une adaptation à une économie plus numérique et plus écologique. 

Lors du débat d’orientation sur l’Espace européen de l’éducation, les participants ont par ailleurs souligné l’objectif commun d’assurer la viabilité des systèmes éducatifs européens par de nouveaux objectifs et instruments de coopération. Léducation et la formation professionnelle ont un rôle clé à jouer pour rendre notre société et notre économie européennes plus intégratives, plus résilientes et plus durables. 

Informations générales

Depuis le 1er juillet 2020, l’Allemagne exerce pour une durée de six mois la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Dans le cadre de cette fonction, la délégation allemande dirige les débats relatifs aux projets de loi européens et autres initiatives ; elle peut également définir ses propres thèmes prioritaires. Le programme de la présidence allemande s’inscrit dans le vaste programme mis en œuvre par le « trio de présidences » formé par l’Allemagne, le Portugal et la Slovénie. Le Portugal assumera la présidence du Conseil à partir du 1er janvier 2021.

Outre la présidence du Conseil « Éducation » et une multitude de manifestations techniques, le programme de la présidence allemande comprend des réunions informelles des ministres spécialisés, notamment des ministres de l’Éducation et de la Recherche. Une réunion informelle des ministres de l’Éducation a eu lieu les 16 et 17 septembre 2020 à Osnabrück. 

La visioconférence des ministres de l’Éducation du 30 novembre 2020 a remplacé une réunion du Conseil « Éducation, jeunesse, culture et sport » ( volet Éducation) qui n’avait pas pu avoir lieu en présentiel en raison de la pandémie de Covid-19. Les décisions ont donc été prises par le comité des représentants permanents.