Contenu principal

Je tiens tout d’abord à exprimer notre respect et tous nos remerciements à Michel Barnier et son équipe. Habituellement, les négociations d’une telle complexité durent de nombreuses années. Michel Barnier et son équipe sont parvenus à négocier, pour l’UE, un accord avec le Royaume-Uni en un temps absolument record, malgré la Covid-19. Ce fut un marathon de négociation qui a établi un record du monde et s’est terminé par un long sprint final. Cela a néanmoins valu la peine de parcourir le fameux mille supplémentaire.

Nous avons enfin vu une fumée blanche annoncer la fin des négociations, mais l’accord n’est pas encore parachevé. Les États membres de l’Union européenne doivent, bien entendu, examiner maintenant le projet dans le détail. Car les 27 États membres doivent l’approuver, et plus tard également le Parlement européen. En tant que présidence du Conseil, nous voulons tout mettre en œuvre pour que l’accord puisse entrer provisoirement en vigueur comme prévu au 1er janvier 2021.

Cela exigera de gros efforts, ainsi que beaucoup de flexibilité de tous les côtés. Mais j’ai bon espoir que nous y arriverons. Nous sommes à deux doigts d’une solution qui nous permettra enfin de mettre un terme au débat sur le Brexit et d’ouvrir un nouveau chapitre avec le Royaume-Uni. Et puis, en début d’année, je l’espère, nous parviendrons à une entrée en vigueur définitive après l’approbation de l’accord par le Parlement européen.