Contenu principal

La présidence allemande du Conseil de l’Union européenne se termine le 31 décembre 2020. Débats organisés sur l’influence de l’intelligence artificielle, concepts de voyages climatiquement neutres, installations sensationnelles sur des places publiques ou entretiens intergénérationnels sur l’Europe : autant d’événements qui ont fait la joie de bien plus de 100 millions de personnes en Europe. Les Goethe-Instituts ont en effet organisé plus de 220 manifestations et ateliers numériques ou physiques dans toute l’Europe. Les projets étaient organisés avec le concours financier du ministère fédéral des Affaires étrangères.

La présidente du Goethe-Institut Carola Lentz a déclaré à l’occasion de la clôture des projets EU2020 du Goethe-Institut :

Plusieurs confinements, des problèmes financiers en particulier dans le secteur de l’art et de la culture ainsi qu’un accès inégal aux ressources numériques ont mis la communauté européenne cette année face à de nouveaux défis d’une ampleur insoupçonnée. Il est d’autant plus important pour nous en tant qu’institut culturel européen de renforcer la cohésion et la solidarité en Europe et de promouvoir activement un débat ouvert sur ce qu’est l’Europe et ce qu’elle sera à l’avenir. Les projets que nous avons organisés pendant la présidence allemande du Conseil de l’UE ont apporté une importante contribution en ce sens. Ils n’ont pas seulement réuni des personnes de tous âges par-delà les frontières des pays mais fait progresser de grands thèmes d’avenir, comme par exemple les questions touchant au développement durable ou au rôle de l’intelligence artificielle. C’est cette multitude de voix et de thèmes qui fait l’Europe et il est essentiel de l’encourager.

Plus de 220 manifestations et ateliers numériques et physiques ont été organisés par le Goethe-Institut à l’occasion de la présidence allemande dans tous les pays de l’Union européenne, en coopération avec des partenaires locaux du milieu culturel, de la société civile et du monde éducatif. Dans de nombreux pays, ces projets ont également été réalisés en collaboration avec les ambassades.

Le directeur du service Culture et communication du ministère fédéral des Affaires étrangères, Andreas Görgen, a déclaré à ce propos :

En cette période de pandémie, un programme culturel participatif et tourné vers l‘avenir était particulièrement important, mais aussi particulièrement ambitieux pour notre présidence. Je suis heureux que, malgré tout, notre programme ait permis de se rencontrer à un grand nombre d’Européens et d’Européennes durant ces six derniers mois, que ce soit en présentiel ou à distance. Discuter de cohésion et d’identité est en effet plus important que jamais en ces temps difficiles pour l’ensemble de l’Europe. Si nous y sommes parvenus, c’est avant tout grâce à la collaboration étroite et créative de nos ambassades et des Goethe-Instituts dans l’ensemble de l’Union européenne.

Johannes Ebert, secrétaire général et président du directoire du Goethe-Institut, a souligné en ces termes l’engagement des 51 Goethe-Instituts européens et de leurs partenaires :

L’écho rencontré par nos projets organisés à l’occasion de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne montre combien les contacts et les échanges en Europe sont importants justement en ce moment. Si ces projets ont pu être réalisés en dépit de la situation difficile dans de nombreux pays d’Europe, c’est avant tout grâce à l’engagement infatigable de nos partenaires européens forts et de nos Goethe-Instituts en Europe. Je me réjouis tout particulièrement de voir que tant de jeunes aient participé à nos programmes. Car ce sont leurs voix précisément que nous devons davantage intégrer lorsqu’il s’agit de l’avenir de l’Europe.

Parmi les projets du Goethe-Institut organisés à l’occasion de la présidence allemande du Conseil de l’UE figurent « Europaküche » (Cuisine d’Europe), « Generation A=Algorithmus », « #oekoropa », « Verschwindende Wand » (Le mur qui disparaît) et « Erzähle mir von Europa » (Parlez-moi d’Europe). Ces projets faisaient partie du programme culturel officiel du gouvernement fédéral et ont été financés par des fonds spéciaux du ministère fédéral des Affaires étrangères. Le Goethe-Institut a également réalisé deux autres projets européens : le festival Freiraum en ligne et un cycle de conférences sur le multilinguisme en Europe.

Au cœur de ces événements, une grande question : quel visage aura l’Europe de demain et comment pouvons-nous renforcer la cohésion et la solidarité européennes ? Ainsi, l’installation « Verschwindende Wand » (Le mur qui disparaît) a permis, après plusieurs semaines de restrictions des sorties et des contacts, de se rencontrer réellement et d’échanger pendant un moment. Composée de milliers de blocs de bois portant des citations extraites de la haute culture et de la culture populaire européennes, cette installation a été présentée sur des places publiques dans 17 villes européennes, d’Anvers à Klaipėda, en passant par Varsovie et La Haye. Après le dévoilement de l’installation, le public a pu, en respectant bien sûr les strictes règles d’hygiène exigées par la Covid-19, emporter les blocs. Au bout de quelques heures à peine, les blocs avaient déjà disparu dans plusieurs villes. L’installation a attiré au total plus de 70 000 personnes dans tous les pays. Quatre installations ne pourront être présentées qu’en 2021 à cause de la Covid-19. C’est le cas notamment de Milan, Chypre et Munich.
Les différents formats du projet « Generation A=Algorithmus » étaient en rapport avec l’influence de l’intelligence artificielle sur notre future société européenne. Ainsi, plus de 250 participantes et participants originaires de 24 pays européens ont élaboré ensemble, au cours des trois jours d’hackathon sur le climat (« Climate Hackathon »), des solutions numériques pour lutter contre le changement climatique. Deux robots voyagent depuis le mois d’avril dans cinq villes d’Europe pour pouvoir acquérir de nouvelles compétences auprès de programmatrices et programmateurs locaux. En 2021, d’autres étapes sont prévues pour les robots. Quelque 19 500 personnes ont en outre suivi jusqu’ici les 20 « Couch Lessons » numériques. Il s’agit de discussions menées sur un canapé virtuel par plus de 50 experts au sujet de la relation entre l’IA et des domaines tels que la musique, la santé, la langue ou encore la Covid-19. Le dernier canapé virtuel européen a lieu le 18 décembre à 19h00. Il sera l’occasion pour le public de rencontrer plusieurs spécialistes de l’intelligence artificielle et de les interroger sur l’influence des nouvelles technologies dans différentes sphères de vie.

Le festival FREIRAUM est un festival hybride de trois jours. Y ont participé plus de 53 actrices et acteurs du monde culturel et scientifique et de la société civile originaires de 42 villes européennes. Il était consacré à la question de la liberté en Europe. Au total, environ 7 800 personnes venues de plus de 45 pays, y compris hors d’Europe, ont suivi en ligne les débats, exposés et interventions artistiques.

Outre ses propres programmes, le Goethe-Institut a participé dès le début à la réalisation du projet « Earth-Speakr ». L’œuvre participative d’Olafur Eliasson a été réalisée dans le cadre du programme culturel de la présidence allemande du Conseil de l’UE et permet de mieux faire entendre les voix des enfants en Europe. Le Goethe-Institut a accompagné de près le studio d’Olafur Eliasson pendant la réalisation du projet et organisé par ailleurs, en coopération avec les représentations allemandes à l’étranger, plus de 80 ateliers avec au moins 2 000 enfants dans les Goethe-Instituts partout en Europe. À ce jour, plus d’un demi-million de personnes ont déjà participé à cette œuvre. Étant numérique, elle a pu atteindre plus de 140 millions de personnes ne serait-ce qu’en Europe.

Toutes les informations et le film de clôture concernant les projets EU2020 du Goethe-Institut sont disponibles ici.

Pour plus d’informations sur le programme culturel de la présidence allemande du Conseil de l’UE, veuillez cliquer ici ou regarder la vidéo suivante :

Le programme culturel de la présidence allemande du Conseil de l'UE