Contenu principal

Durant le premier conseil informel sous la présidence allemande, les ministres européens de la recherche ont élaboré un programme ambitieux lors d’une visioconférence de plusieurs heures et se sont entendus sur de premières initiatives communes.

S’exprimant à ce sujet, la ministre fédérale de la recherche Anja Karliczek a déclaré :

Je vais faire tout mon possible pour que l’Union européenne sorte renforcée de la crise. L’Allemagne va mettre à profit la présidence du Conseil de l’UE pour rassembler toutes les forces nécessaires. L’excellence de la recherche, de l’éducation et de l’innovation est l’une des clés centrales du succès pour une Europe souveraine, résiliente et durable.

Il ressort des échanges de ce jour avec mes homologues européens que nous sommes d’accord sur l’objectif suivant : renforcer la coopération en recherche et poursuivre énergiquement le développement de l’Espace européen de la recherche. La pandémie de coronavirus nous a rappelé à tous à quel point une coopération étroite et la cohésion en Europe sont décisives. L’éducation, la recherche et l’innovation comptent parmi les rares secteurs à même de nous aider à transformer en opportunité les défis de la crise actuelle. Je suis très heureuse de nous savoir unis sur cette position et cet objectif.

Très concrètement, nous voulons renforcer la résistance de l’Europe pour faire face aux crises de demain. À cette fin, nous avons lancé, aujourd’hui, une initiative commune. Nous voulons tirer les leçons de la crise actuelle pour mieux venir à bout de celles qui suivront et pour mieux les maîtriser. Voilà pourquoi la lutte médicale contre la pandémie de coronavirus et la prévention mondiale en matière de santé comptent parmi les priorités de la présidence allemande du Conseil de l’UE. Pour lutter contre la pandémie et mettre au point des vaccins, la coopération transfrontalière en recherche est décisive.
À côté de la gestion immédiate de la crise, nous voulons également construire l’avenir. À cet effet, nous avons discuté ce jour même d’une initiative de recherche et de développement dédiée à l’hydrogène vert – l’objectif principal étant de faire de l’Europe d’ici l’année 2050 le premier continent climatiquement neutre. L’Europe doit devenir l’un des leaders de l’innovation sur la scène internationale ainsi qu’un marché et un fournisseur clés dans le domaine des technologies utilisant de l’hydrogène vert.

La Commission a d’ores et déjà soumis plusieurs pistes pour une stratégie européenne relative à l’hydrogène. Dans ce contexte, la recherche et l’innovation occupent un rôle central. Concernant cet enjeu intrinsèquement primordial pour l’avenir, il est capital que la Commission et les États membres interviennent sur un pied d’égalité et qu’ils unissent leurs forces. Au sein du trio présidentiel, nous y travaillons en étroite coopération avec le Portugal et la Slovénie, qui prendront successivement le relais de l’Allemagne à partir de 2021. Renforcer l’Europe et maintenir sa force est une course d’endurance qui exige d’avoir l’esprit d’équipe !

Le début de cette coopération est déjà prometteur : avec « Plastic Pirates – Go Europe! », le trio présidentiel va mettre à exécution une initiative de sciences citoyennes destinée aux jeunes en Europe – en permettant à un certain nombre d’élèves d’apporter, dans le cadre d’un projet de recherche d’ampleur européenne, une contribution notable à la recherche sur les déchets plastiques dans nos eaux. Cette initiative se propose de faire école. Ainsi, les jeunes découvriront la coopération en recherche par-delà les frontières – une réalité vécue au sein de l’Europe.

Contexte

Autres priorités de la présidence allemande du Conseil de l’UE

La poursuite du développement de la souveraineté technologique de l’Europe compte elle aussi parmi les objectifs de la présidence allemande – l’enjeu étant notamment de construire un espace des données fiable et un réseau européen de l’intelligence artificielle (IA). « L’IA Made in Europe » doit poursuivre son évolution pour devenir un avantage compétitif mondial et pour renforcer la souveraineté technologique de l’Europe. L’éducation numérique durant toutes les phases de la vie, et plus particulièrement dans le cadre de la formation professionnelle, constitue une autre priorité. Un rôle clé lui est dévolu en vue d’armer les sociétés européennes pour faire face au marché de l’emploi de demain.

Trio présidentiel

Depuis le 1er juillet 2020, l’Allemagne assure pour une durée de six mois la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Dans le cadre de cette fonction, la délégation allemande dirige les débats relatifs aux projets de loi européens et autres initiatives ; elle peut également définir ses propres thèmes prioritaires. Le programme de la présidence allemande s’inscrit dans le vaste programme du « trio présidentiel » formé par l’Allemagne, le Portugal et la Slovénie au cours des 18 mois à venir.
Outre une multitude de manifestations diverses et variées, le programme de la présidence allemande comprend des réunions informelles des ministres, dont une des ministres de l’Éducation et de la Recherche. En raison de la pandémie de Covid-19, le conseil informel des ministres de la Recherche qui devait initialement se dérouler à Bonn/Petersberg a eu lieu en distanciel sous la forme d’une visioconférence avec de nouveaux éléments interactifs. Le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) organisera par ailleurs une réunion informelle des ministres européens de l’Éducation les 16 et 17 septembre 2020 ainsi qu’une conférence des ministres dédiée à l’avenir de l’Espace européen de la recherche le 20 octobre prochain.

« L’Union européenne de l’innovation – les impulsions allemandes pour l’Espace européen de la recherche »

Désireuse d’offrir aux chercheurs allemands un meilleur accès à l’Espace européen de la recherche (EER), tout en approfondissant la coopération européenne en recherche et développement, la ministre fédérale de la Recherche Anja Karliczek a fait connaître, lors du conseil informel des ministres de la Recherche, le programme national de soutien intitulé « L’Union européenne de l’innovation – les impulsions allemandes pour l’Espace européen de la recherche ». Doté d’une enveloppe de 40 millions d’euros, ce programme vient consolider – par-delà l’engagement financier à proprement parler au sein de l’EER – la contribution allemande à l’Espace européen en question.

Pour de plus amples informations (en allemand uniquement):