Contenu principal

Parmi les participants à cette conférence, organisée sous forme de visioconférence par le ministère fédéral de l’Intérieur, de la Construction et du Territoire, figuraient notamment la commissaire européenne en charge des Affaires intérieures, Ylva Johansson, la déléguée du gouvernement fédéral à la migration, aux réfugiés et à l’intégration, Annette Widmann-Mauz, ainsi que des représentants des États membres et le directeur de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, Michael O’Flaherty. 

Markus Kerber, secrétaire d’État au ministère fédéral de l’Intérieur, de la Construction et du Territoire :

L’intégration et la cohésion sociale sont une condition sine qua non du fonctionnement d’une société ouverte. Cela vaut non seulement pour l’Allemagne ou des États membres particuliers, mais pour l’Europe entière. C’est pourquoi nos échanges d’aujourd’hui sont si importants : ils nous permettent de donner une impulsion pour que l’intégration et la cohésion sociale soient également conçues comme sujets transversaux au niveau européen.

La commissaire européenne chargée des Affaires intérieures, Ylva Johansson :

L’intégration et l’inclusion des nouveaux arrivants forment une des pierres angulaires du nouveau pacte sur la migration et l’asile. Toute personne ayant un droit de rester dans l’Union peut et devrait se voir accorder un soutien qui lui permette de participer pleinement à la société. Si nous souhaitons réduire les obstacles existants, nous avons besoin du soutien et de l’engagement de tous les acteurs impliqués : des gouvernements, autorités locales, sociétés d’accueil, partenaires sociaux et économiques ainsi que de la société civile et des migrants eux-mêmes. Le nouveau plan d’action sur l’intégration et l’inclusion viendra appuyer ces efforts et contribuer durablement à la prospérité et à la cohésion de la société européenne.

Les participants ont discuté des possibilités de créer durablement des conditions ouvrant la voie à une participation équitable et plus rapide des migrants à la vie sociale, économique, sociétale et culturelle de l’État membre d’accueil.

La Commission européenne a présenté les premières grandes lignes du plan d’action sur l’intégration et l’inclusion, annoncé, par le pacte sur la migration, pour la fin de l’année et qui devra venir soutenir le travail des États membres et promouvoir la poursuite de l’échange entre eux. Par ailleurs, les participants ont accordé une attention particulière au rôle que jouent les femmes dans le processus d’intégration, et abordé les mesures visant à promouvoir les femmes.