Contenu principal

Les ministres des États membres de l’UE ont discuté des moyens d’approfondir le marché intérieur de l’UE afin de relancer l’économie pour rendre l’Europe plus compétitive et plus durable. La Vice-Présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager et le commissaire Thierry Breton ont participé aux débats.

Le ministre fédéral de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier, a déclaré à ce propos :

Le marché unique est le cadre économique au sein duquel nous souhaitons organiser la transformation verte et numérique de l’Europe. Dans un environnement mondial de plus en plus difficile, le marché unique est aussi une ressource stratégique commune de l’UE. L’objectif de notre présidence de l’UE est de poser des bases économiques fortes pour un avenir européen prospère. C’est pourquoi nous œuvrons pour un marché unique efficace et durable qui, combiné avec une politique industrielle ambitieuse, un tissu industriel fort et innovant et la promotion de la digitalisation, est essentiel pour l’assise économique de l’Europe.

Pour approfondir le marché unique, il s’agit d’améliorer la transposition et la mise en œuvre de la législation relative au marché intérieur en s’appuyant sur un plan d’action de la Commission, et de lever les obstacles injustifiés. Les grands axes d’un marché unique à l’épreuve du temps sont la transformation verte et digitale, un marché unique pour les petites et moyennes entreprises, une concurrence libre et loyale et la mise en place de conditions de concurrence égales, y compris vis-à-vis d’États tiers, ainsi que des réformes structurelles au sein des États membres afin de renforcer la compétitivité.

Sur ces points, doivent être adoptées dans les prochains jours des conclusions relatives à l’approfondissement du marché unique, pour une reprise solide et une Europe compétitive et durable. Le marché unique, la politique industrielle et le numérique seront en outre au cœur des débats du Conseil européen des 24 et 25 septembre 2020.

Compte tenu de la possible dégradation actuelle de la situation épidémiologique, le ministre fédéral de l’Économie et de l’Énergie, Peter Altmaier, a par ailleurs déclaré qu’il ne faudrait pas que les mesures adoptées par les États membres pour lutter contre la pandémie de COVID-19 conduisent à des perturbations sur le marché unique. Celui-ci assure le fonctionnement des artères économiques de toute l’Europe. Pendant la crise, il nous faut veiller, a estimé le ministre, à ne pas rompre les chaînes de valeur et les chaînes logistiques, et à préserver l’information, la coordination et la coopération entre les États membres.