Contenu principal

Le 1er décembre, Monika Grütters a présidé une réunion des ministres de la culture et de l’audiovisuel de l’Union européenne. D’autres thèmes tels que l’égalité entre les femmes et les hommes dans le domaine de la culture et la préservation d’un système médiatique pluraliste ont également été abordés.

Peu de secteurs ont autant souffert des conséquences de la pandémie de Covid-19 que la culture et les médias. Or, ceux-ci contribuent grandement à la cohésion de l’Europe et à sa dynamique économique.

Il est donc d’autant plus important que ces secteurs bénéficient des mesures de relance européennes, a souligné Monika Grütters, la ministre déléguée du gouvernement fédéral à la Culture et aux Médias. Elle présidait aujourd’hui dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l’UE une réunion informelle des ministres européens de la culture et de l’audiovisuel ayant pour thème « Préparer l’avenir – Relance du secteur de la culture et des médias au sortir de la pandémie de COVID-19 ». En raison de la pandémie, cette réunion a eu lieu par visioconférence.

Monika Grütters : un signe de solidarité envers les secteurs de la culture et de la création

Les ministres ont vivement salué le renforcement du programme « Europe créative » déjà adopté sur le principe et qui vise à soutenir les secteurs de la culture et de l’audiovisuel. Pour la période 2021-2027, ce programme sera doté d’environ 800 millions d’euros supplémentaires par rapport à la période actuelle, passant ainsi de 1,46 milliard à 2,24 milliards d’euros.

Pour Monika Grütters, cela peut être interprété comme un signe clair de solidarité et d’estime envers les secteurs de la culture et de la création. Ce qui importe désormais, c’est qu’un accord soit trouvé et que le cadre financier pluriannuel (CFP) de l’UE pour la période 2021-2027 entre en vigueur rapidement.

L’égalité entre les femmes et les hommes dans le domaine de la culture

À l’initiative de la présidence allemande du Conseil de l’UE, l’égalité entre les femmes et les hommes dans le domaine de la culture était le deuxième grand sujet de la réunion. C’est la première fois que ce thème est abordé dans cette enceinte.

Pour Monika Grütters, une plus grande égalité entre les femmes et les hommes engendre un gain de créativité et constitue un moyen essentiel de renforcer la diversité culturelle au sein de l’Union européenne. Elle a donc salué expressément le fait que ce thème reste au programme de la présidence portugaise du Conseil de l’UE, qui débutera en janvier 2021.

Préservation d’un système médiatique libre et pluraliste

Concernant le développement d’un système médiatique pluraliste et résilient au niveau de l’Union et de ses États membres à une époque où les offres sont internationales, le Conseil de l’UE présidé par l’Allemagne a adopté des conclusions.

Celles-ci comprennent notamment des propositions de financement durable des médias, de renforcement du pluralisme médiatique en Europe à l’ère de l’économie de plateforme et de lutte contre la prolifération de la désinformation.

Monika Grütters s’est montrée convaincue de la capacité de la Commission et des États membres à tenir compte de ces suggestions et à en assurer le suivi. Cela constituera un pas important au niveau de l’Union pour « garantir un système médiatique pluraliste et libre après la crise et en vue d’éventuelles crises à venir ».

Capitales européennes de la culture

Au cours de la réunion, la question des « capitales européennes de la culture » a également été abordée. C’est un projet phare de la politique culturelle de l’UE. En 2025, Chemnitz sera la prochaine ville allemande à obtenir ce titre. La Fédération a mis à disposition 25 millions d’euros pour soutenir Chemnitz dans ses préparatifs. La seconde capitale européenne de la culture pour l’année 2025 sera nommée sous peu par la Slovénie. Le ministre slovène Vasko Simoniti a fourni des indications sur le calendrier prévu.

En raison de la pandémie, des ajustements sont nécessaires pour les trois prochaines années : Galway (Irlande) et Rijeka (Croatie), actuellement capitales européennes de la culture, peuvent prolonger leur programme jusqu’au printemps 2021. Le passage de relai se fera ultérieurement.

Autres sujets à l’ordre du jour

La réunion a également porté sur d’autres sujets d’actualité, par exemple le traitement des biens de collection issus de contextes coloniaux au regard de l’exemple néerlandais, qui a été évoqué par Ingrid van Engelshoven, la ministre chargée de ce dossier. Pour Monika Grütters, il est important que cette question soit aussi abordée au niveau européen car chaque État membre peut profiter des échanges en la matière.

La ministre française de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin a donné des informations concernant les développements récents en matière de droit d’auteur et son homologue italien Dario Franceschini a présenté une initiative de promotion de la lecture mise en place en Italie.