Contenu principal

La chancelière fédérale a ajouté que le terrorisme se verrait opposer une « solide détermination en faveur de l’ordre fondamental libéral et démocratique ». La visioconférence qui se déroulait mardi entre les partenaires de l’UE avait pour but d’échanger autour d’une réponse européenne aux récentes attaques terroristes dans plusieurs villes du continent. Outre la chancelière fédérale Angela Merkel, y participaient le président français Emmanuel Macron, le chancelier fédéral autrichien Sebastian Kurz ainsi que le premier ministre néerlandais Mark Rutte. Le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen étaient également présents.

« Une solide détermination en faveur de l’ordre fondamental libéral et démocratique »

Selon Mme Merkel, le terrorisme se verra opposer « notre solide détermination en faveur de l’ordre fondamental libéral et démocratique », tant dans les pays concernés qu’à l’échelle européenne. La chancelière a souligné que ces attentats n’étaient pas un combat de l'islam contre la chrétienté, mais témoignaient de la « nécessité d’un modèle de société démocratique de combattre des comportements terroristes et antidémocratiques avec la plus grande droiture et la plus grande fermeté ».

Accélérer les initiatives européennes de lutte contre le terrorisme

D’importantes mesures européennes de lutte contre le terrorisme sont par exemple contenues dans le système d’entrée/sortie en préparation pour surveiller les déplacements aux frontières extérieures de l’espace Schengen. Il est selon la chancelière d’une « urgente nécessité » de savoir qui entre et sort de l’espace Schengen. Elle a également cité le système européen d’information et d’autorisation concernant les voyages (ETIAS) pour les entrées sans visa dans l’espace Schengen. Ces deux systèmes n’étant pas encore opérationnels, il faut exploiter les possibilités d’en accélérer le développement.

Angela Merkel a en outre insisté sur le fait que le règlement européen prévu relatif à la prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne devait être achevé sous la présidence allemande du Conseil de l’UE. La chancelière a dit espérer qu’un compromis puisse être trouvé en la matière afin de rendre possible une action rapide en même temps que constitutionnelle.

Dialogue avec les pays musulmans

Mme Merkel a informé ses partenaires européens que l’Allemagne, dans la lutte contre le terrorisme, recherchait le contact avec des organisations musulmanes telles que, par exemple, la Conférence allemande sur l’islam. Mais ce thème revêt aussi selon elle, outre son caractère judiciaire et pénal, « une dimension sociale ». Elle plaide également en faveur d’un dialogue avec les pays musulmans quant à la lutte commune contre le terrorisme.