Contenu principal

La réunion informelle sera consacrée aux grands thèmes suivants : 

1. Les répercussions de la COVID-19 sur l’éducation et la formation professionnelle – apprentissage mutuel et enseignements pour l’avenir

La pandémie de COVID-19 pose des défis majeurs aux systèmes éducatifs des pays membres de l’UE. La rentrée scolaire, universitaire et d’apprentissage sera pour les ministres de l’Éducation l’occasion d’échanger sur les différentes mesures prises par les États membres pour faire face à la pandémie et de tirer un premier bilan des conséquences. Les consultations porteront principalement sur la participation numérique, la mobilité des apprenants et le développement du numérique dans la formation professionnelle.

2. Apprendre localement – des exemples de bonnes pratiques régionales

La formation professionnelle est une pierre angulaire de l’espace européen de l’éducation. Deux exemples du système de formation en alternance, choisis dans la région d’Osnabrück, montreront aux ministres de l’Éducation à quoi ressemble l’enseignement numérique et hybride dans la formation professionnelle et comment fonctionne le dialogue entre les écoles et les employeurs. Un échange d’expériences leur permettra de découvrir les atouts des différents systèmes de formation professionnelle.

3. Une stratégie européenne en matière de compétences. Que peut-elle changer ? Qu’est-ce qui doit changer ?

La Commission européenne, représentée par le commissaire Nicolas Schmit, présentera la Stratégie européenne en matière de compétences, une initiative globale ambitieuse au service de la formation professionnelle. Un échange direct est prévu avec les partenaires sociaux européens afin d’intégrer les perspectives des entreprises et des salariés au débat. 

4. Mise en commun des forces dans la formation professionnelle : coup d’envoi de la Déclaration d’Osnabrück

À l’ère du numérique, des nouvelles exigences dans le monde professionnel et du travail, de l’évolution démographique et du changement climatique, la formation professionnelle joue un rôle essentiel. Dans de nombreux domaines, les exigences requises de la main-d’œuvre qualifiée ont augmenté. La formation professionnelle a pour mission, par la formation initiale, la formation continue et l’apprentissage tout au long de la vie, de donner aux jeunes et aux adultes des perspectives professionnelles et de les préparer aux emplois de l’avenir. Les ministres élaboreront, avec les partenaires sociaux européens et la Commission européenne, la Déclaration d’Osnabrück, afin de moderniser la formation professionnelle européenne et d’approfondir la coopération transnationale au sein d’un espace européen de l’éducation. Les objectifs de la déclaration sont notamment une meilleure employabilité, une formation professionnelle d’excellence au même niveau que l’enseignement supérieur et donc une équivalence entre la formation professionnelle et universitaire ainsi que de meilleures possibilités de passage de la formation universitaire à la formation professionnelle. Les citoyens doivent vivre l’Europe en tant qu’espace unique d’apprentissage et de travail. Les gouvernements, la Commission européenne et les partenaires sociaux européens veulent ainsi renforcer le « Processus de Copenhague » en tant que plate-forme commune afin de préparer la formation initiale et continue à la nouvelle décennie et d’améliorer la compétitivité de l’Europe.

Ministre Karliczek

Sont invités à la réunion présidée par la ministre fédérale de l’Éducation Anja Karliczek, la présidente de la conférence des ministres de l’Éducation des Länder et ministre de l’Éducation de Rhénanie-Palatinat Stefanie Hubig, les ministres de l’Éducation des États membres de l’UE et des pays de l’AELE ainsi que la commissaire à l’innovation, à la recherche, à la culture, à l’éducation et à la jeunesse Mariya Gabriel et le commissaire à l’emploi et aux droits sociaux Nicolas Schmit. Les représentants des partenaires sociaux européens se joindront à la réunion le deuxième jour.