Contenu principal

Quels ont été les sujets abordés ?

Les relations commerciales entre l’UE et les États-Unis ont constitué le premier thème du conseil des ministres du commerce. Les ministres ont pu à cette occasion tirer un bilan des élections américaines. « Les États-Unis demeurent un partenaire incontournable pour surmonter des défis tels que la Covid-19, la crise du système commercial multilatéral, le changement climatique et les questions technologiques et commerciales internationales », selon le ministre fédéral de l’Économie Peter Altmaier. Concernant le litige dans le cadre de l’OMC entre Airbus et Boeing, l’UE a fait part de sa volonté de parvenir à une solution négociée.

Les ministres se sont en outre consacrés à la réforme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) : l’OMC met en place et contrôle des règles contraignantes pour le commerce international. Elle assure par ailleurs une résolution efficace des différends commerciaux lorsqu’ils surviennent. « Nous devons poursuivre notre engagement en faveur d’une réforme globale du système de l’OMC », a fait valoir M. Altmaier. L’UE partage la préoccupation commune de moderniser l’OMC et de la pourvoir rapidement d’un nouveau directeur général.

Le conseil a en outre débattu de l’état actuel du processus de consultation relatif à la future politique commerciale et d’investissement de l’UE, qui dure jusqu’au 15 novembre. Pour finir, le conseil des ministres du commerce a délibéré sur les relations commerciales avec la Chine, au cœur desquelles se trouve l’accord d’investissement global dont les négociations s’achèveront cette année.

Pourquoi est-il important que l’UE mène une politique commerciale commune ?

L’Union européenne est l’une des économies du monde les plus tournées vers l’extérieur. La politique commerciale commune revêt donc une priorité élevée pour les pays membres. Elle vise à lever les barrières transfrontalières pour permettre une amélioration des échanges économiques.

L’UE s’exprimant d’une seule voix sur la scène internationale au lieu de poursuivre une multitude de stratégies différentes, elle jouit d’une position forte dans le commerce mondial. Ce n’est qu’ensemble que les pays membres peuvent atteindre leur objectif d’un système économique multilatéral performant et fondé sur des règles.

La politique commerciale de l’UE comprend aussi des mécanismes de protection, car seul un commerce équitable est un commerce libre. Pour contrer la concurrence déloyale d’investissements nationaux, l’UE dispose d’une palette d’outils conformes aux règles de l’OMC dont elle fait un usage ferme. L’UE est ainsi en mesure de se défendre, par exemple, contre les prix de dumping des produits sidérurgiques en provenance de Chine.

Quels avantages la population de l’UE retire-elle du commerce international ?

Les échanges mondiaux équitables et libres de biens et de services sont une base précieuse pour la prospérité de la population de l’UE et contribuent à élever son niveau de vie. En effet, plus de 30 millions d’emplois dans l’UE, c’est-à-dire un sur sept, dépendent des exportations vers des pays hors UE.

On prévoit qu’à l’avenir, 90 % de la croissance mondiale se fera hors des frontières d’Europe. Le commerce extérieur est donc appelé à devenir un moteur de croissance encore plus important pour l’UE. Les consommateurs bénéficient eux aussi de la politique commerciale de l’UE : ils peuvent acheter non seulement dans les magasins autour d’eux, mais aussi sur internet, des produits meilleur marché en provenance du monde entier.