Contenu principal

Pour l’Allemagne en particulier, il est important que les frontières restent ouvertes et que le circuit économique continue de fonctionner.

Dans toute l’Europe, les taux d’infection sont actuellement en forte hausse, confrontant les pays de l’UE à d’énormes défis. Lors de leur sommet de la mi-octobre, les chefs d’État et de gouvernement avaient donc convenu, sur proposition de la chancelière fédérale Angela Merkel, d’échanger régulièrement des informations sur l’évolution de la situation et la lutte contre la pandémie. C’est pourquoi le président du Conseil européen Charles Michel a invité à une première réunion de ce type jeudi soir. 

Éviter les fermetures de frontières

Dans un premier temps, les dirigeants européens ont partagé leurs expériences en ce qui concerne les mesures nationales de lutte contre la pandémie. Ensuite, ils ont discuté de la manière dont les États membres pourraient mieux coopérer au niveau de l’UE.

La chancelière fédérale Angela Merkel a expliqué quelles mesures ont été adoptées mercredi en Allemagne pour freiner la propagation de la Covid-19 et ramener les taux d’infection à des niveaux plus bas. Elle a réitéré l’importance d’une approche européenne coordonnée pour lutter contre la pandémie. « En particulier pour l’Allemagne, pays situé au cœur de l’Europe, il est important que les frontières restent ouvertes, que le circuit économique continue de fonctionner et que nous luttions ensemble contre la pandémie », a-t-elle dit.

Le dépistage et le suivi des contacts sont essentiels

Les dirigeants ont convenu que les tests de dépistage et la recherche des contacts étaient essentiels pour contenir la propagation du virus et contrôler la situation. Le président du Conseil européen Charles Michel a appelé les États membres à agir sans délai en faveur d’une reconnaissance mutuelle des tests rapides qui arrivent maintenant sur le marché. Ceux-ci pourraient réduire l’impact négatif sur la liberté de circulation et sur le marché unique, a-t-il estimé.

Le 28 octobre, la Commission européenne avait présenté des recommandations sur les stratégies de dépistage de la Covid-19 et l’utilisation de tests rapides de détection d’antigènes. Les États de l’UE veulent maintenant poursuivre leur travail sur cette base. Afin d’améliorer le suivi des contacts dans toute l’Europe, les pays entendent harmoniser les différentes applications de traçage pour les téléphones mobiles. Ils ont également discuté de l’harmonisation des règles de quarantaine.

Assurer l’approvisionnement en vaccins dans toute l’Europe

Les États membres de l’UE souhaitent également coopérer plus étroitement en matière d’approvisionnement en vaccins. La Commission européenne a déjà signé des accords-cadres avec différents fabricants de vaccins pour plusieurs millions de doses de vaccins.

La distribution des vaccins dès qu’ils seront disponibles sera une tâche énorme, a affirmé le président du Conseil européen Charles Michel. Le stockage et le transport de ceux-ci poseront également de grands défis. En ce qui concerne la distribution, les États membres ont envisagé de donner la priorité à la vaccination de certains groupes de personnes, comme les personnes âgées, les malades chroniques et le personnel médical.