Contenu principal

Cet accord prévoit un meilleur accès des entreprises européennes aux marchés chinois ainsi que des conditions de concurrence équitables pour les entreprises des deux parties et un développement plus durable.

La Chine s’engage à offrir aux investisseurs de l’UE un niveau d’accès au marché plus élevé que jamais. Les entreprises de l’UE bénéficieront d’un traitement plus équitable par rapport aux entreprises publiques chinoises concurrentes. La transparence des subventions sera assurée et tout transfert de technologie forcé interdit. De plus, la Chine a accepté pour la première fois de mettre en œuvre des dispositions en matière de développement durable, en particulier des engagements sur le travail forcé et sur la ratification des conventions fondamentales pertinentes de l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Charles Michel, le président du Conseil européen, et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, ont pris part à la visioconférence qui s’est tenue mercredi. La Chine était représentée par le président Xi. La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron étaient également présents. 

Un jalon important dans les relations avec la Chine

Aux yeux de Mme von der Leyen, cet accord constitue un jalon important dans les relations avec la Chine. « Il offrira aux investisseurs européens un accès sans précédent au marché chinois, ce qui permettra à nos entreprises de se développer et de créer des emplois », a-t-elle déclaré. La Chine s’est engagée par ailleurs à respecter des principes ambitieux en matière de durabilité, de transparence et de non-discrimination.