Contenu principal

Jusqu’ici, ce sont surtout les entreprises qui exploitent les potentiels de l’intelligence artificielle. Pour les politiques et la société civile, ses avantages restent encore souvent abstraits ; parfois, la technologie leur semble même menaçante. La dominance croissante des grandes entreprises technologiques, les bots qui influencent les opinions dans les médias sociaux – ce type d’expériences actuelles nous incite à la prudence.

Il est donc d’autant plus important de se pencher de manière critique et constructive sur le sujet de l’intelligence artificielle. L’un des principaux objectifs du programme culturel de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne consiste à susciter un débat politique animé au sein de l’opinion publique européenne sur de tels sujets d’avenir importants. Nous pouvons poser les jalons d’une société qui soit en mesure de développer les potentiels positifs de l’IA et de minimiser ses effets négatifs. Pour ce faire, nous devrions poursuivre notre travail au sujet d’une cyberculture ouverte et critique, comme elle s’était fortement développée au milieu des années 1990 en Europe, au début de la transformation numérique : la discussion sur une cyberdémocratie dans l’esprit des Lumières.  

Grâce à une multitude de formats, le projet « Generation A=Algorithmus », en coopération avec les Goethe-Instituts, veut inspirer tous les Européens à poursuivre ce travail et faire avancer le débat : comment l’intelligence artificielle va‑t‑elle changer le monde, en particulier dans les domaines de l’éthique, du travail, de la créativité et du changement climatique ? Et comment nous, Européens, pouvons influencer ce développement de manière responsable ?

Débats-canapés

« Couch Lessons » : Comment l’intelligence peut-elle aider à limiter les conséquences du changement climatique ?
« Couch Lessons » : Comment l’intelligence artificielle peut-elle aider à limiter les conséquences du changement climatique ? © Marcia Mihotich

Dans le cadre de la série de discussions « Couch Lessons », des experts discutent en ligne de ces questions sur un canapé virtuel. Le premier volet en juin et juillet avait notamment pour sujets l’IA et la santé, l’IA et le changement climatique, l’IA et l’éthique ou bien l’avenir du travail. Dans le deuxième volet à partir du 16 septembre, la série se poursuivra avec des débats sur l’IA et la paix ainsi que l’IA et le langage.

Un robot en tournée

Illustration d’un robot humanoïde souriant avec sac à dos
Le robot interactif Gaia à la découverte de l’Europe  © Lena Ziyan

Deux petits robots blancs sont en tournée sur le continent depuis juin. Les robots humanoïdes visitent les Goethe-Instituts dans plusieurs coins de l’Europe. Dans chaque institut, une équipe d’artistes accompagnés d’experts en codage leur apprennent des compétences nouvelles. Les robots rejoignent ensuite la station suivante. Actuellement, un robot se trouve à Milan, l’autre à Ljubljana. Leurs prochaines étapes : Rome, Prague et Brême. Leurs nouvelles compétences programmées seront présentées au festival de clôture en automne 2021.

Enquête en ligne

Illustration d’un téléphone portable avec des symboles d’enquête, tenu d’une main
Que pensez-vous de l’intelligence artificielle ? Dans le cadre de l’enquête « We & AI », de jeunes Européens nous livreront leurs réponses © Lena Ziyal

Qu’attendent les jeunes adultes en Europe de l’intelligence artificielle ? Quels espoirs et peurs l’IA suscite‑t‑elle chez les jeunes adultes, âgés de 18 à 30 ans ? Comment utilisent‑ils l’IA ? C’est ce à quoi veut répondre en septembre 2020 l’enquête représentative en ligne « WE & AI » qui a été conçue en coopération avec l’Institut Weizenbaum pour la société connectée.

Perspectives

En automne, d’autres événements sont prévus en lien avec « Generation A=Algorithmus » : lors de hackathons pour le climat (« Climate Hackatons »), des stratégies contre le changement climatique seront développées grâce à l’IA ; dans le cadre du projet « KI‑Residenten », des artistes visuels travailleront sur la thématique de l’IA et l’art, probablement à partir d’octobre 2020 ; et en novembre, un idéathon en ligne s’intéressera à la manière dont les algorithmes peuvent renforcer l’idée de l’Europe. Les résultats des différents formats seront présentés dans un manifeste sur un « Generation A Festival » qui aura lieu en automne 2021.

Le projet « Generation A=Algorithmus » bénéficie d’un soutien technique de la part de l’Alliance européenne pour l’IA, un réseau d’experts européens sur l’IA, des initiatives d’éducation aux médias, des institutions artistiques et des organisations de la société civile.

« Generation A=Algorithmus » est un projet du Goethe-Institut ; il est financé par des fonds spéciaux du ministère fédéral des Affaires étrangères à l’occasion de la présidence allemande du Conseil de l’UE en 2020.

Pour en savoir plus (en anglais) :