Contenu principal

Ils sont sportifs, musiciens, responsables politiques, étudiants ou artisans. Ils sont vieux ou jeunes et vivent en ville ou à la campagne. Ils viennent des quatre coins de l’Europe et sont tous aussi différents que notre continent. Et ce n’est qu’ensemble qu’ils donnent un visage à l’Europe, un visage varié et coloré, mais aussi uni. Dans le cadre du programme culturel de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne, l’artiste-photographe Carsten Sander a réalisé le portrait photographique de personnes venant de l’Europe entière.

Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée de l’unité allemande, les Faces of Europe (« visages de l’Europe ») pourront être contemplés, dans le cadre du Festival des lumières de Berlin, à partir de 20 heures sur la façade est du ministère fédéral des Affaires étrangères. En coproduction avec le groupe berlinois Salzufer, Carsten Sander met en scène ses portraits dans une projection vidéo artistique grand format. Les visages se mélangent et fusionnent sur fond de musique interprétée en direct par le groupe Salzufer, le tout formant une véritable œuvre d’art. 

Qu’est-ce qui compose l’humanité, les émotions et la force visionnaire de l’idée européenne ? Qu’est-ce qui relie les habitants de l’Europe et qu’est-ce qui les différencie ? Carsten Sander a cherché des réponses à ces questions lors de son périple à travers l’Europe, de Bilbao à Stockholm et de Riga à Athènes. Pour ce faire, il voyage depuis la mi-juin, dans son bus bleu comme le drapeau européen, à travers l’UE et photographie, interviewe et filme des Européennes et Européens de différentes catégories d’âges et d’horizons ethniques et sociaux différents. Il en a rencontré certains grâce aux représentations allemandes à l’étranger et d’autres par hasard dans la rue. L’artiste-photographe a déjà visité 25 pays de l’UE. Début octobre, il a prévu de se rendre en Hongrie et en Irlande. En raison de la pandémie de Covid-19, son équipe a été contrainte d’adapter en permanence l’itinéraire aux mesures de protection en vigueur dans les différents pays. 

Les visages de l'Europe © MYO Design
Schließen

Les portraits de Carsten Sander célèbrent de manière impressionnante la diversité européenne, la coexistence pacifique, les valeurs communes ainsi que la tolérance. Durant son périple, il a rencontré des gens passionnants comme Walter Frankenstein à Stockholm qui, sous le régime national-socialiste, a été caché des nazis en Allemagne par des concitoyens allemands. Ce témoin de l’époque nonagénaire a été récompensé de la Croix de l’Ordre du Mérite. Il a passé plusieurs années de sa vie en suspens, entre la vie, la survie et l’incertitude. Malgré cela – ou peut-être pour cette raison –, il s’engage aujourd’hui de manière active en faveur de l’entente des peuples. 

L’artiste-photographe a également été impressionné par les nombreux jeunes innovants qu’il a rencontrés en Finlande et dans les pays baltes. « En Finlande, par exemple, la première ministre Sanna Marin n’a que 35 ans ; lorsqu’elle a pris ses fonctions, c’était la cheffe de gouvernement la plus jeune au monde », a dit Carsten Sander. « La Lituanie et la Lettonie m’ont elles aussi beaucoup impressionné, en particulier en raison de la généreuse hospitalité des gens, qui dégagent un calme incroyable et agréable. »

Pendant son voyage, Carsten Sander a aussi rencontré beaucoup de musiciens et de chanteurs. C’est ainsi qu’est née l’idée de compléter les différents visages (Faces) par de la musique et, pour ce faire, d’utiliser musicalement les voix des personnes interviewées. Ce projet, intitulé Voices, est en train d’être réalisé en coopération avec le groupe berlinois Salzufer. Il est prévu d’assembler les voix de toute l’Europe en un collage atmosphérique de voix européennes. De nouveaux artistes et des musiciens connus de Lituanie, de Malte et de Tchéquie participent au projet, tout comme Vaidotas Valiukevicius, le chanteur principal du groupe lituanien The Roop, qui a su enthousiasmer les spectateurs allemands lors du Concours de l’Eurovision de la chanson en mai 2020.

Le groupe berlinois Salzufer (Michael Ritter, guitare, René Becker, saxophone, Peter Schenderlein, clavier) © AA
Schließen