Contenu principal

Sous le titre « Surmonter le Covid-19 – développer ensemble des perspectives pour des familles fortes », la ministre fédérale de la Famille Franziska Giffey a débattu le 24 novembre des défis liés à la pandémie de coronavirus et des réponses que la politique peut y apporter lors d’une conférence internationale en ligne. Celle-ci a réuni entre autres la vice-présidente de la Commission européenne Dubravka Šuica, le commissaire européen pour l’Emploi et Droits sociaux, Nicolas Schmit, la secrétaire d’État pour la Famille et les Services sociaux finlandaise, Eila Mäkipää, et le secrétaire d’État français pour la Jeunesse et la Famille, Adrien Taquet.  

Franziska Giffey a déclaré à ce propos :

La pandémie de Covid-19 est pesante pour les familles partout en Europe. Il y a des angoisses existentielles, le quotidien, le travail et la vie familiale doivent être organisés de manière complètement différente dans des conditions difficiles et avec les restrictions connues. Il n’est pas rare que les parents atteignent leurs limites ou soient même dépassés. Il est donc important, surtout actuellement, de maintenir pour ces familles des structures fiables et d’assurer la stabilité économique. En Allemagne, nous l’avons fait à travers différentes mesures : l’allocation de chômage partiel (Kurzarbeitergeld), le bonus pour enfants (Kinderbonus), un accès facilité au supplément pour enfant (Kinderzuschlag), pas de perte de l’allocation parentale (Elterngeld). Cela aide les familles concrètement.

Aides en Allemagne en période de coronavirus

Avec ses collègues européens, la ministre fédérale de la Famille a débattu des mesures qui soutiennent les familles dans ces temps difficiles et a entre autres présenté les aides familiales qui ont été introduites en Allemagne :

Soutien pour les enfants et familles 

  • Les parents actifs qui, parce que leurs enfants sont en quarantaine ou malades, doivent s’en occuper à la maison et ne peuvent pas travailler, verront leur baisse de revenus indemnisée pendant une période maximale de 20 semaines en vertu de la loi sur la protection contre les infections (Infektionsschutzgesetz).
  • Les familles ont bénéficié d’un unique bonus pour enfants (Kinderbonus) de 300 euros par enfant, en plus de l’allocation familiale (Kindergeld). 
  • Les familles qui, en raison du coronavirus, perçoivent des revenus faibles, peuvent accéder plus facilement au supplément pour enfant (Kinderzuschlag) pouvant aller jusqu’à 185 euros par mois par enfant (jusqu’à 205 euros à partir de janvier 2021). 
  • Les parents bénéficiaires de l’allocation parentale ne seront pas désavantagés par les effets de la pandémie lorsqu’ils sont au chômage partiel.
  • Les familles seront temporairement soutenues par une prolongation de la durée de l’allocation maladie pour les enfants (Kinderkrankengeld).
  • Toute personne prenant soin d’un proche en raison du coronavirus peut s’absenter 20 jours de son travail et demander à bénéficier, pendant cette période, de l’indemnité de soutien aux aidants (Pflegeunterstützungsgeld). Toute personne devant s’occuper plus longtemps d’un proche peut demander à bénéficier du congé de soin (Pflegezeit) et du congé de soin familial (Familienpflegezeit).

Soutien des infrastructures de formation et de prise en charge 

  • À l’initiative de la ministre fédérale de la Famille, le Conseil Coronavirus-crèche (Corona-Kita-Rat) se réunit régulièrement depuis août 2020 avec des représentants fédéraux, des Länder, d’associations, de la science et des professionnels du terrain. Il accompagne le maintien du fonctionnement des structures d’accueil de jour pour les enfants, évalue les développements à l’échelle nationale et permet l’échange d’exemples de bonnes pratiques. 
  • Avec le plan de relance « Combattre les conséquences du Coronavirus, assurer le niveau économique, renforcer la durabilité », l’État a débloqué un milliard d’euros supplémentaires pour les années 2020 et 2021 afin d’aménager les structures d’accueil de jour pour les enfants. Cela permettra la création d’un maximum de 90 000 places supplémentaires en crèches et en garderies. Cet argent peut cependant aussi être utilisé pour les mesures d’hygiènes comme par exemple l’achat de filtres à air.
  • Des fonds à hauteur de 100 millions d’euros ont été fournis pour les organisations à but non lucratif d’aide aux enfants et à la jeunesse, dont 75 millions sont alloués aux organisations à but non lucratif proposant des possibilités d’hébergement, comme, par exemple les auberges de jeunesse. Il est prévu de débloquer 25 millions d’euros d’ici au 31 août 2021 pour soutenir les échanges internationaux entre jeunes.

Soutien en cas de violence domestique 

  • La ministre de la Femme a renforcé l’offre de protection et d’aide pour les femmes victimes de violence et les enfants qui ont besoin d’être protégés. Entre autres, les financements pour le « Nummer gegen Kummer » (numéro contre le chagrin) ont été renforcés et de nouveaux projets ont été encouragés comme le « JugendNotmail » (mail d’urgence pour les jeunes) et le site elternsein.info du Centre national d’aides précoces (Nationales Zentrum frühe Hilfen). Il a été assuré que le numéro d’aide contre la violence faite aux femmes puisse maintenir son service 24h/24.
  • Dans le cadre de l’initiative « Plus fortes que la violence », la ministre Giffey a déclaré le mois de novembre mois d’action contre les violences domestiques. Cette initiative informe, à travers une nouvelle campagne d’affichage, sur les offres d’aide disponibles. En outre, il existe depuis avril une action d’information à laquelle participent de grandes chaînes de supermarché et plus de 20 000 supermarchés.
  • En outre, l’État soutient à hauteur de 120 millions d’euros l’aménagement des foyers pour femmes et autres dispositifs d’aide. Depuis octobre 2020, le ministère fédéral de la Famille s’engage, par une subvention de plus de trois millions d’euros, en faveur de l’amélioration des équipements techniques et la qualification dans les foyers pour femmes et services de consultations avec le projet « Empowerment technique durable des services de consultation et foyers pour femmes pendant la pandémie de Coronavirus - l'aide 2.0 ».

Soutien aux personnes âgées

Dans le cadre du programme national « Alliances locales pour personnes souffrant de démence », plus de 50 projets mettant l’accent sur le coronavirus sont soutenus. 

  • Depuis octobre 2020, le ministère fédéral de la Famille soutient pour la première fois 29 projets dans le cadre du programme modèle « Renforcement de la participation des personnes âgées » par un financement de 5 millions d’euros issus du Fonds social européen pour deux ans. Ces projets visent à lutter contre la solitude involontaire et aident les plus fragiles à mener une vie active et autodéterminée pendant la vieillesse. 
  • Le ministère fédéral de la Famille soutient, avec 7 millions d’euros, le programme modèle « Pour et avec les autres : contacts et communauté dans la vieillesse », de l’organisation caritative Malteser. Le ministère fédéral des Personnes âgées soutient également la participation active des personnes âgées dans la société avec le programme « Ange numérique ». 
  • La prolongation de la validité d'une loi adaptée sur l'emploi des prestataires de services sociaux (SodEG), initialement jusqu'au 31 mars 2021 avec la possibilité d'une nouvelle prolongation jusqu'à la fin de l'année, sert à maintenir les structures établies du travail social.
  • Le ministère fédéral de la Famille soutient les maisons multigénérationnelles de la République fédérale d’Allemagne dans la conversion de leurs offres et dans l’aménagement d’aides de voisinage dans le cadre d’un projet de coopération impliquant de nombreux séminaires en ligne sur la formation numérique et des heures de consultation téléphonique. En outre, les maisons multigénérationnelles ont été soutenues en 2020 avec des moyens financiers supplémentaires pour l’équipement numérique. 

Exemples de bonnes pratiques

Environ 150 expertes et experts des 27 États membres de l’Union européenne, des représentantes et représentants politiques, de la science et de la société civile ont échangé lors de la conférence dans le cadre de différents panels sur les répercussions de la pandémie sur les familles en Europe, et sur les bonnes pratiques et approches pouvant être adoptées pour renforcer les familles pendant et après la pandémie.

Conclusion de la conférence

En conclusion, il a été donné un aperçu des objectifs du programme européen du trio présidentiel réunissant l’Allemagne, Portugal et Slovénie. L’accent a été mis ici sur la proposition d’une Garantie pour l’enfance et d’une Stratégie européenne pour le droit des enfants, qui devraient toutes deux être publiées en début 2021.

L’événement a eu lieu dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l’Union européenne. Il a été organisé en collaboration avec l’Observatoire pour les développements sociopolitiques en Europe.