Contenu principal

© BMEL/photothek
Schließen

​​​​​​​

Excursion dans les vignobles

31 août 2020, à proximité de Coblence. Les ministres de l’agriculture des 27 États membres de l’Union européenne participent à une excursion dans le Winninger Uhlen, l’un des vignobles en terrasses les plus spectaculaires de toute la Moselle. Il se situe entre 75 et 210 mètres au-dessus du niveau de la mer, sa pente atteint 50 à 70 %. C’est ici que poussent l’un des meilleurs Rieslings d’Allemagne. Les ministres européens sont venus assister à une réunion informelle organisée à Coblence par la ministre fédérale de l’Agriculture Julia Klöckner dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l’UE. L’excursion vise à préparer la réunion proprement dite qui aura lieu le lendemain dans la salle de conférence de la Rhein-Mosel-Halle. Au menu des discussions : quelles leçons tirer de la pandémie de Covid-19 ? Comment accroître la résilience du secteur agro-alimentaire ? Ou encore comment introduire un label de bien-être animal obligatoire à l’échelle européenne qui renforce la transparence sur les conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux et qui facilite la prise de décision des consommateurs ?

© BMEL/photothek
Schließen

La Rhénanie-Palatinat, premier Land viticole d’Allemagne

Le vignoble Winninger Uhlen se trouve au cœur de la Rhénanie-Palatinat, qui est le premier Land viticole d’Allemagne. Le Land abrite six des treize régions viticoles d’Allemagne (le Rhin moyen, le Palatinat, la Nahe, la Moselle, la Rhine-Hesse et l’Ahr) et compte 10 000 exploitations agricoles qui produisent à elles seules environ 70 % de la récolte allemande. En Rhénanie-Palatinat, la viticulture se distingue par la grande diversité de ses cépages : sur une superficie totale d’environ 64 000 hectares, on y cultive principalement les vins blancs « classiques » Riesling, Müller-Thurgau, Silvaner ainsi que les cépages blancs de Bourgogne. Parmi les cépages rouges, le Dornfelder arrive en tête, suivi du Portugieser et du Pinot Noir. La majorité d’entre eux sont produits sur des vignobles en terrasse qui surplombent les vallées fluviales.  

© BMEL/photothek
Schließen

Des monorails pour surmonter les fortes pentes 

Si la viticulture à forte pente permet de produire des vins spéciaux qui se distinguent par leur minéralité, elle confronte également les viticulteurs à de grands défis. Pour surmonter les pentes les plus raides, ils ont recours à des chemins de fer à crémaillère, appelés monorails, pouvant surmonter des pentes allant jusqu’à 100 % et transporter des charges atteignant jusqu’à 250 kg. Dans les vignobles à forte pente, ils sont utilisés pour transporter les piquets, les engrais et le raisin pendant les vendanges, ou même simplement comme moyen d’ascension pour les viticulteurs …et parfois même pour des ministres de l’agriculture.

© BMEL/photothek
Schließen

Des drones pour la viticulture

L’usage des nouvelles techniques numériques et ses bienfaits pour le travail des viticulteurs ont constitué un thème majeur de la réunion informelle des ministres de l’Agriculture. Jusqu’à présent, les viticulteurs utilisaient souvent des hélicoptères pour répandre les pesticides. À l’avenir, ils pourraient à la place recourir à des drones. Ces derniers permettent de réduire la pollution sonore et le risque d’accidents liés à l’utilisation des hélicoptères, mais aussi la quantité de pesticides nécessaires en assurant une application plus ciblée. En outre, les enregistrements aériens peuvent fournir des informations sur la croissance, les besoins en fertilisation, la maturité et les maladies des vignes. La technologie des drones peut donc contribuer à l’augmentation de la productivité. 

  

© Jochen Tack
Schließen

Coblence, 2000 ans d’histoire

Coblence est non seulement l’une des plus anciennes villes d’Allemagne, mais aussi une ville dotée d’une histoire particulièrement riche et variée. Les Romains, les Francs, les princes-électeurs et les évêques de Trèves, les Français et les Prussiens ont tous laissé leur empreinte sur la ville. Certaines parties de Coblence sont aujourd’hui classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. Baignée par le « Père Rhin et la Mère Moselle », la ville de Coblence se situe au confluent de ces deux fleuves. C’est là que se trouve le « Deutsches Eck », un lieu chargé d’histoire. Avec près de 114 000 habitants, Coblence est la troisième plus grande ville de Rhénanie-Palatinat après Mayence et Ludwigshafen sur le Rhin.  En 2011, les floralies nationales (« Bundesgartenschau ») ont eu lieu à Coblence, où elles ont attiré plus de 3 millions et demi de visiteurs, ce qui a donné une impulsion considérable à la ville.

© Jochen Tack
Schließen

Au pays de la Loreley

Coblence est également située dans l’un des plus beaux paysages d’Allemagne et incarne le romantisme rhénan - entourée de belles vallées fluviales, de villages romantiques, de vignobles escarpés et de forêts profondes. La ville se trouve à proximité de l’un des plus célèbres rochers d’Allemagne, la Loreley, qui s’élève à 132 mètres au-dessus du Rhin. Nymphe de la mythologie germanique, qui envoûtait les navigateurs du Rhin jusqu’à leur perdition par ses chants, la Loreley a été une source d’inspiration pour de nombreux écrivains, dont Heinrich Heine, qui lui a dédié un poème.

© picture-alliance / akg-images
Schließen

Le siège de la mémoire collective 

Coblence, c’est aussi la gardienne de la mémoire de l’Allemagne. La ville abrite en effet le siège des Archives fédérales (Bundesarchiv), qui a pour mission de préserver et rendre accessible les documents d’archives du gouvernement fédéral. Certains documents remontent à l’époque du Saint-Empire romain (1495-1806). En tout, les archives fédérales détiennent 406 kilomètres de matériel écrit, 13 millions d’images, 1,15 million de bobines de film, 75 000 affiches, 1,95 million de cartes et enfin 2,13 millions de livres dans ses bibliothèques. On y trouve notamment des photos de la légendaire rencontre entre Helmut Kohl et Mikhaïl Gorbatchev en juillet 1989 au restaurant « la Redoute » à Bad Godesberg, durant laquelle le dirigeant soviétique évoqua pour la première fois une possible chute du mur de Berlin. 

© Stadt Koblenz
Schließen

Une ville tournée vers l’Europe et le monde

Coblence est également une ville ouverte sur l’Europe et le monde. La ville a ainsi noué huit jumelages avec des villes de taille comparable en Europe et dans le monde. En 1963, peu après la signature du Traité d’amitié entre l’Allemagne et la France, elle a scellé son premier jumelage avec Nevers, une commune du centre de la France située en région Bourgogne-Franche-Comté. Depuis lors, d’autres jumelages ont été conclus avec Haringey et Norwich en Grande-Bretagne, Maastricht aux Pays-Bas, Novara en Italie, Austin aux États-Unis et Petah Tikva en Israël. Le jumelage le plus récent a été scellé en 2007 avec Varaždin, une ville située au nord de la Croatie.

Les jumelages sont souvent le fruit de contacts personnels. Le jumelage liant Coblence à Varaždin est lui aussi principalement dû à l’initiative d’un habitant de Coblence et d’un Européen convaincu, Friedhelm Pieper (à gauche sur la photo, aux côtés de Slobodan Mikac, ancien adjoint au maire de Varaždin, Joachim Hofmann-Göttig, ancien maire de Coblence et Detlef Knopp, ancien adjoint au maire responsable de la culture), à l’époque consultant en commerce extérieur de la Chambre de commerce et d’industrie de Coblence (IHK). Après avoir voyagé pendant 40 ans pour l’IHK à travers toute l’Europe, il souhaitait aider la Croatie à se développer au lendemain de la guerre de Yougoslavie et a noué des premiers contacts. Il préside aujourd’hui encore l’Amicale qui existe entre les deux villes. ​​​​​​​

© dpa-Zentralbild
Schließen

Solidarité européenne face à la pandémie     

Créés initialement pour favoriser la réconciliation franco-allemande et comme instruments de paix en Europe, les jumelages permettent aujourd’hui aux habitants d’apprendre à se connaître, d’échanger des bonnes pratiques et de nouer des liens d’amitié. Ils contribuent ainsi à créer un sentiment d’identité européenne. En raison de la pandémie de Covid-19, Coblence a dû reporter de nombreux échanges prévus avec ses villes jumelées. Mais elle fait preuve de solidarité. Des patients italiens atteints du coronavirus ont été soignés dans l’hôpital central de la Bundeswehr de la ville. En avril 2020, le maire de Coblence David Langner a également envoyé une lettre de solidarité aux villes jumelées. Le maire Ivan Čehok de Varaždin y a répondu en ces termes : « Nous vous remercions de votre soutien et de votre compréhension au moment où le monde entier s’allie pour combattre un ennemi invisible. Coblence et Varaždin sont des villes jumelées unies par une longue coopération, dans les bons moments mais aussi en ces temps de lutte contre le Covid-19 ».