Contenu principal

Ces rencontres informelles semestrielles sont organisées par l’État membre de l’UE qui assure la présidence tournante du Conseil de l’UE. La réunion se tiendra au ministère fédéral des Affaires étrangères à Berlin. Le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, sera l’hôte de cette réunion, qui sera présidée par Josep Borrell, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne. Le commissaire européen au voisinage et à l’élargissement, Olivér Várhelyi, et le président de la commission des affaires étrangères du Parlement européen (AFET), David McAllister, y participeront également.

La réunion offre aux ministres des Affaires étrangères de l’UE la possibilité d’examiner dans un cadre informel des questions de politique étrangère et de sécurité d’importance stratégique pour l’Union européenne.

La rencontre informelle commencera jeudi 27 août par une réunion de travail consacrée au Bélarus. Les ministres y débattront des derniers développements intervenus dans le pays et des réactions possibles de l’UE.

Au vu des développements actuels au Bélarus, le ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré le 26 août :

En réprimant chaque jour de plus en plus les manifestants pacifiques, les dirigeants de Minsk continuent de se marginaliser. Ces citoyennes et citoyens courageux manifestent dans les rues de leur pays contre la fraude électorale et pour leur droit à la liberté et leur droit à la participation politique, tous deux garantis.

Ce faisant, ils ne demandent ni plus ni moins qu’un dialogue ouvert avec leur propre gouvernement.

Il est tout à fait inacceptable que des membres du Conseil de coordination soient arrêtés, interrogés et intimidés. Le Conseil de coordination a montré clairement à maintes reprises que son objectif était d’œuvrer à une solution pacifique à la crise actuelle, sur la base de la constitution en vigueur et dans le respect des relations étroites entre le Bélarus et la Russie, notamment au niveau de la société civile.

Monsieur Loukachenko ne pourra faire autrement que de reconnaître la réalité dans les rues de son pays et dans les esprits de ses concitoyens.

Nous discuterons durant les prochains jours à Berlin de la réaction de l’UE face à la situation au Bélarus, y compris au niveau des ministres européens des Affaires étrangères. Nous ne resterons pas les bras croisés face aux graves violations des droits de l’homme et au piétinement des principes démocratiques fondamentaux.

Les ministres des Affaires étrangères entameront ensuite un large débat sur les relations entre l’Union européenne et la Turquie, en se référant notamment à la situation actuelle en Méditerranée orientale et dans l’ensemble de la région.

La deuxième journée de la réunion, vendredi 28 août, débutera par une réunion de travail sur les relations entre l’UE et la Russie et s’achèvera par un déjeuner de travail consacré aux conséquences géopolitiques de la Covid-19 et à la réaction stratégique de l’UE.

Aucune décision formelle ne peut être prise au cours des réunions informelles des ministres des Affaires étrangères de l’UE. Il faut donc s’attendre à ce que le Conseil n’adopte pas d’acte législatif ni de conclusions lors de cette réunion.

Le 27 août, avant le coup d’envoi officiel du Gymnich, la présidence allemande du Conseil de l’UE organise un repas de travail entre les ministres des Affaires étrangères de l’UE et leur homologue de l’État d’Israël, Gabi Ashkenazi. Y seront abordés le processus de paix au Proche-Orient, la situation dans la région et les relations entre l’UE et Israël.

Autres informations