Contenu principal

À la fin des négociations, les 27 États membres de l’UE se mettent d’accord sur un nouveau cadre financier pluriannuel (CFP) pour les années 2021‑2027 doté de 1 800 milliards d’euros. De 2021 à 2023, 750 milliards d’euros de ce montant seront consacrés à un plan de relance pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid‑19, dont 390 milliards d’euros sous forme de subventions et 360 milliards d’euros sous forme de prêts.

Ce n’est pas seulement le résultat mais aussi la durée du sommet qui devraient entrer dans l’histoire européenne : c’est en effet le deuxième marathon le plus long depuis que l’UE existe, seul le sommet de Nice en 2000 avait duré quelques minutes de plus. 


Bienvenue au Conseil européen extraordinaire
© Union européenne

À leur arrivée à Bruxelles, les 27 dirigeants européens supposent déjà que le week‑end sera intense. C’est la première fois depuis la crise du coronavirus que le Conseil européen se réunit sur place à Bruxelles. Les règles de distance et d’hygiène habituelles s’appliquent également à la chancelière fédérale et à ses collègues (de gauche à droite : le président du Conseil, Charles Michel, la chancelière allemande, Angela Merkel, la première ministre finlandaise, Sanna Marin, et le président français, Emmanuel Macron).


Le sommet spécial dans la salle de réunion du Conseil européen commence
© Europäische Union

Le cadre financier pluriannuel (CFP), qui fixe le budget européen des prochaines années, n’est pas le seul point à l’ordre du jour. Il s’agit aussi, avant tout, d’atténuer les conséquences dramatiques de la pandémie de Covid‑19 dans les États membres. 


Arrivée de la Chancelière fédérale Angela Merkel au bâtiment du Conseil
© Union européenne

Tous les participants attendent beaucoup de ce sommet. La chancelière fédérale Angela Merkel à son arrivée dans le bâtiment du Conseil à Bruxelles...


Emmanuel Macron à son arrivée au bâtiment du Conseil
© Union européenne

... et le président français Emmanuel Macron ont présenté un plan ambitieux en amont de cette réunion : un fonds de relance européen à hauteur de 500 milliards d’euros, que la présidente de la Commission Ursula von der Leyen a augmenté encore de 250 milliards, soit un total de 750 milliards d’euros.


Le président du Conseil Charles Michel avec sa cloche au Conseil européen
© Union européenne

Il faut néanmoins encore en discuter. Les États membres ont des points de vue différents. C’est au président du Conseil Charles Michel que revient le rôle de médiateur.


Discussion en terrasse : le président du Conseil Charles Michel et le Premier ministre hongrois Viktor Orban
© Union européenne

Une phase de consultations intensives commence entre l’ensemble des participants. L’enjeu : trouver des lignes de compromis. Charles Michel et le Premier ministre hongrois Viktor Orbán au deuxième jour du sommet.


Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avec le Président du Conseil Charles Michel
© Union européenne

De nombreux entretiens se déroulent également dans la salle de conférence, ici entre le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, et le président du Conseil, Charles Michel.


La chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la Commission von der Leyen en pleine conversation
© Union européenne

Les discussions durent jusque tard dans la nuit ; le sommet qui, au départ, devait durer deux jours est prolongé dans un premier temps jusqu’à dimanche, puis jusqu’à lundi soir (de gauche à droite : le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, la chancelière allemande Angela Merkel, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, le président du Conseil, Charles Michel, et le président français, Emmanuel Macron).


Les délégations au sommet dans la nuit
© Union européenne

Dans les couloirs, la journée se prolonge aussi pour les délégations. Mais au bout d’une longue nuit, un résultat se dessine, les efforts communs ont été payants.

Le président du Conseil de l’Union européenne, Charles Michel, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, et le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis 
© Union européenne

À 5h31 mardi matin, le président du Conseil, Charles Michel, ici avec le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez (g.) et le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis (d.), annonce finalement l’accord sur Twitter : « Deal ! ».

Le Président Emmanuel Macron et la Chancelière Angela Merkel lors de la conférence de presse finale
© Bundesregierung/Bergmann

Le président de la République Emmanuel Macron et la chancelière fédérale Angela Merkel pendant leur conférence de presse conjointe sur le résultat du Conseil européen. Comme le formule la chancelière fédérale à l’issue de ce sommet historique, l’Europe a démontré sa capacité à trouver une réponse à la « plus grande crise qu’ait connue l’Union européenne depuis sa création ».